© Nathalie Vierny




NATHALIE VIERNY ::
UN TEMPS RETROUVÉ

 

• 2 > 12 JUILLET :: TOUS LES JOURS 10H-13H / 15H-19H
• VERNISSAGE :: 3 JUILLET À 18H
• NDF GALLERY, 8 RUE DE L’ARC CONSTANTIN, ARLES

 

" Ce sont des photos en noir et blanc qui pour certaines datent de la fin du 19è et du 20è siècle. Toutes ces photos sont laissées pour la plupart intactes. Elles sont peintes « en relief » avec des teintes fortes. Des couleurs empruntées au Street Art. Ce « relief » leur donne une poésie, une apesanteur, un décalage. Il les sauve par une autre technique, un autre regard. Un regard toujours attaché à relever un humour, une drôlerie de la situation. Les couleurs soulignent, guident l’oeil vers un détail, un équilibre. Ces photos peintes leur donnent une jeunesse, une nouvelle vie.

Nathalie Vierny a passé des années à travailler dans le cinéma comme scripte : « La haine » de Kassovitz, Claude Lelouch, Cédric Klapisch, Pierre Salvadori, Tonie Marshall, « Intouchables » de Toledano et Nakache, Peter Greenaway, « Le bruit des glaçons » de Blier et Jacques Audiard depuis « Sur mes lèvres » « De battre mon coeur s’est arrêté » « Un prophète » « De rouille et d’os »  jusqu’à « Dheepan » (palme d’or à Cannes).

Les multiples collaborations avec tous ces metteurs en scènes de cinéma, chacun dans un univers différent ont alimenté cette envie de fixer l’image, de s’arrêter dessus, de la « voir » différemment. Avec ce charme bien particulier des photos anciennes en noir et blanc qui datent d’un temps disparu; la volonté de les ressusciter, de les réactualiser avec des couleurs du Street Art. Des couleurs vives, des couleurs d’aujourd’hui. Elle a été aussi influencée par sa grand-mère, Nathalie Sarraute qui lui a transmis sa passion de la littérature et son grand-père qui l’a initiée à la peinture. Ils lui ont tous deux ouvert des portes multiples sur l’imaginaire. Une grande chance ! "

Dominique Sarraute