© Amélie Labourdette


AMÉLIE LABOURDETTE :: 
TRACES D’UNE OCCUPATION HUMAINE

 

• 2 > 8 JUILLET :: tous les jours 11H-19H
• Vernissage :: 3 juillet à 19h
• Chez Arthur et Janine, 56 rue du 4 Septembre , Arles

 

« Une image est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. » Walter Benjamin Série réalisée dans le bassin minier d'extraction de phosphate de Gafsa, région située aux portes du désert tunisien. Constellation d’images photographiques, Traces d’une occupation humaine, tente de rendre compte par la mise en regard de strates temporelles, de l’empreinte de l’homme, des traces de son occupation dans les différents paysages et lieux singuliers qui constituent le territoire du bassin minier du Gouvernorat de Gafsa en Tunisie. L’axe central de cette recherche photographique est sous-tendue par une réflexion interrogeant le lien entre la présence d’eaux souterraines, de sources artésiennes et la continuité d’une présence humaine depuis le Paléolithique-moyen jusqu’à notre époque contemporaine dans cette région. À travers une lecture des paysages et de lieux marqués de l’histoire d’une présence humaine, Traces d’une occupation humaine, se veut être une méditation photographique sur l’esprit du lieu. Rechercher l’esprit du lieu, c’est tenter de saisir une aura, une atmosphère singulière, une synthèse des éléments matériels et immatériels, physiques et spirituels, qui produisent du sens, interpellent la mémoire et obligent à pénétrer l’univers de la complexité. C’est tenté d'atteindre un immatériel qui met en contact avec le passé, avec les ancêtres, mais aussi avec les générations à venir, et peut-être plus encore avec soi-même. Fragmentaire, fonctionnant en synergie, cette constellation d’images laisse place aux sédimentations temporelles, aux palimpsestes et à l’hétérogénéité aptes à saisir des lieux singuliers et leurs dimensions multiples, c’est-à-dire l’esprit du lieu. Ce « feuilletage » convoque différentes strates temporelles et tisse son sens de ces imbrications. Il s’agit de souligner l’humanité d’un paysage, en élaborant une forme d’archéologie de l’esprit du lieu à travers plusieurs mises en regard qui illustrent l’ère anthropocène.

Ce projet Trace d'une occupation humaine a été réalisé en deux temps : en 2016 dans le cadre de la résidence Under The Sand, menée et produite par Azones (France) et l'association Delta (Tunisie), puis en 2018 avec le soutien du Centre national des arts plastiques (soutien à la photographie documentaire contemporaine), ministère de la Culture et de la Communication.

 

http://www.amelie-labourdette.com/