© Hai Zhang

 

Hai Zhang

À propos

  

 

Dont' Follow Me, I'm Lost

“C’est magique de se perdre aujourd’hui dans les rues chinoises. Les villes soumises à un développement architectural accéléré se composent de fragments, comme autant de collages accumulés au cours des dernières décennies. Pour un photographe, impossible de regarder la Chine sans envisager ces contrastes. Mais qu’est-ce que cela signifie ?

Dans la même image, la pauvre maison pleine de gravats face à l’ombre des gratte-ciels, ne peut raconter sa véritable histoire : son propriétaire a récupéré des millions de dollars en compensation de sa démolition, ce qui lui a permis de déménager à Hong Kong. Les travailleurs migrants qui louaient une pièce dans cette maison sont aujourd’hui sans logis. Ailleurs, il y a cette pièce misérable avec ce lit superposé, qui semble inhabitable. C’est le dernier refuge pour les enfants d’un travailleur migrant. Un mois plus tard les cinq membres de la famille se retrouveront dans 20m2, avec ce seul lit qu’ils se sont partagés.

La photographie peut sembler être un outil inefficace devant la complexité du monde actuel. Sans doute qu’au-delà de sa force documentaire et visuelle, elle ne devrait pas donner de réponses mais poser des questions. Pourquoi ce garde solitaire assis devant un mur délabré s’est-il caché de mon objectif ? Et pourquoi cet enfant a-t-il suspendu sa course pour me fixer droit dans les yeux ? 

Est-ce que je peux saisir l’identité chinoise contemporaine à travers un portrait kaléidoscopique de cette société, à laquelle j’appartiens ? Peut- être que c’est une vaine ambition. Devant les images que j’ai réalisé jusqu’à présent, je ne veux pas croire que j’ai toujours à me débattre entre illusions et fantasmes. Il faut que je poursuive ma démarche, encore plus loin et plus profondément jusqu’à me perdre complètement. 

Par une chaude après-midi d’été, je suis entré dans une maison luxueuse. Une jeune fille d’une beauté éblouissante se tenait près de la fenêtre face à l’océan. Elle a tourné la tête et m’a regardé. Le silence était total, mais j’ai très bien entendu : “Don’t Follow Me, I’m Lost”. Elle avait ce même regard vide que j’ai croisé un nombre incalculable de fois durant ces quatre années d’errance.” 

Hai Zhang
 
 

Unintented Homecoming

 

“Poursuivant mon errance en Chine, j’emprunte à travers les images d’Unintended Homecoming, des chemins parallèlles à ceux que j’avais sillonné pour réaliser la série Don’t Follow Me, I’m Lost. J’expérimente une manière de capturer ma propre expérience de vie et celle d’autrui avant qu’elles ne se diluent dans ma mémoire.

Au-delà du documentaire, ces images dépeignent les différentes couches d’une société dont je me sens familier et étranger à la fois. Dans un mouvement d’introspection photographique, je tente de reconstruire ma propre identité chinoise, et de comprendre le pays d’où je viens."

Hai Zhang