Hélène Canaud :: Les Nouvelles Vénus

Une exposition personnelle d'une série de portraits photographiques réalisés par Hélène Canaud, diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, entre 2011 et 2013.


Visuel Hélène Canaud
Visuel Hélène Canaud
© Hélène Canaud


"Ma démarche s'oriente sur une réflexion générale sur l'humain, et cette série de portraits, focalisée sur les jeunes femmes de ma génération, participe de mon engagement artistique à documenter mon époque et mon environnement immédiat."
Hélène Canaud

Elles ne sont plus des adolescentes, pas encore des femmes, soumises au changement d’état périlleux qu’est le passage à l’âge adulte. Entre dynamisme et fragilité, elles oscillent entre le besoin d’accomplissement et cette féminité en devenir, pas toujours assumée, qui s’exprime pourtant. A une époque où le machisme semble évacué, les moeurs libérées, il est certainement d’autant plus difficile de vivre cette métamorphose, alors même que l’égalité des sexes est proclamée comme une réalité.

Pour ces jeunes femmes occidentales, d’origine ou issues de l’immigration, il est un âge où viennent se mêler fantaisie, évolution vers la maturité, ambition, volonté de plaire, prémices de l’instinct maternel ; et ceci parallèllement à l’état d’urgence de «se faire une place dans la société». Se saisissant de la pomme de la Discorde, Aphrodite prouva à son père, le Dieu des Dieux, et avec lui à la Grèce Antique, qu’elle était non seulement la plus belle d’entre toutes mais également capable d’’élire celle des mortels qui portait en elle la beauté suprême.

Les Aphrodites d’aujourd’hui sont bien réelles, elles possèdent la beauté supplémentaire de celles qui s’ignorent, mûe en une sorte d’aura qui tend leur existence vers la grâce. Il s’agit de la beauté mystique qui réside dans la simple expression de l’être au monde, dont le phénomène visuel serait trop basiquement attribué à l’apparence physique liée à leur âge.

Elles ne vivront plus jamais la béatitude des déesses grecques, inscrivant leur visage dans une génération où la conscience d’une crise existentielle est exacerbée, le moralisme en recrudescence.

Ces visages angéliques ont des yeux qui expriment la culpabilité d’Eve, appartiennent à des icônes se débattant avec le désir d’embrasser l’humanité qui leur est offerte, et le poids des étapes d’une Histoire dont elles ne mesure pas les conséquences, mais subissent pourtant les effets.



Pratique

Aréna Café
13, rue de l'Amphithéâtre
13200 Arles

Exposition du 1er juillet au 22 septembre 2013.
Du mardi au dimanche de 12h à 23h.