chez Arthur et Janine:: Russians and Royals

Dans ce travail du photographe anglais Thomas Stanworth, nous découvrons quatre lieux d’une beauté singulière au centre de Kaboul.


Visuel Russians and Royals
© Thomas Stanworth


Russians and Royals


L'Afghanistan est marqué par les dynasties passées. Les frontières entre humanité et environnement y convergent et semblent floues, et les personnes humaines ressemblent souvent à ces environnements durcis qui leur permettent à peine de survivre.


Dans la série « Russians and Royal » Thomas nous fait découvrir ce pays qu’il connait bien, ce pays qui a la malchance d’occuper une position stratégique internationale. Pas une seule photo de guerre et pourtant nous pénétrons un pays ravagé par les occupations successives, un pays où persistent des monuments grandioses construits par les uns, détruits par les autres. Abandonnés, ces monuments deviennent les terrains d’une étrange survie. Dans ces photos d’une beauté brulante se glissent des moments de joie, des moments de soleil ou de jeux enneigés, des enfants, des adultes pris dans le tourbillon d’une histoire brutale, impénétrable.

"Dans certains cas, l'impression dominante est celle de désespoir et de survie par n’importe quel moyen, mais en photographiant ce projet, il est devenu de plus en plus difficile de déterminer ce qui donne à une personne une raison d’être heureux ou la force de faire face à une adversité extrême. Les personnes sont souvent surprenantes, apportant de nouvelles possibilités à l'histoire de ce pays et à son avenir. Je suis attiré par des expériences où je trouve quelque chose d'inattendu qui remet en question les perceptions communes, y compris les miennes. Je me dois d'explorer «ce que nous pensons que nous sommes» et «ce que nous croyons que nous ne sommes pas». La photographie contribue à situer ces moments de prise de conscience."
Thomas Stanworth

Les quatre endroits photographiés sont très proches les uns des autres et se trouvent tous au cœur de la capitale du pays, Kaboul. Ils ont leur propre histoire: la piscine russe est devenu un lieu social où des jeunes hommes partagent des moments de jeux, le Centre culturel Russe est le refuge des intoxiqués d'opium et la Tombe du Roi est le domaine des hommes, de leur fils et petits-fils et des compétitions de cerfs-volants.

Le quatrième emplacement est le Palais du Roi, un des sites les plus poignants de Kaboul. Des fils barbelés entourent ce bâtiment magnifique maintenant en ruine, les jardins autrefois luxuriants sont devenus poussière et les terrains de parades sont devenus des terrains de football. Le paysage désert sert quelquefois de raccourci aux soldats de la base militaire proche et de pauvre pâturage aux bergers et leurs troupeaux. Les chardons moissonnés à la fin de l'été deviennent les sources de maigres feux en hiver.


Afghanistan is littered with powerful reminders of past dynasties. There the boundaries between mankind and its environment converge and blur, often leaving people resembling the hardened environments that barely support them.

In the series « Russians and Royal » Thomas gives us an insight into a country he knows well, a country that has the unfortunate privilege of occupying an international strategic position. Not a single war photograph, however we enter a country devastated by successive occupations, a country where magnificent buildings remain, built by some, destroyed by others. Abandoned these buildings have become the backdrops to a singular survival. In these beautiful but haunting photographs we glimpse moments close to joy, moments of fun and games, children and adults lost in the tumult of a brutal, impenetrable history.

“In some cases the over-riding impression is one of desperate survival by any means, but in shooting this project it became increasingly difficult to pinpoint what gives a person cause for happiness or the strength to cope with extreme adversity. The individuals are often surprising, bringing new insights into the history of the country and its possible futures. I am drawn to experiences in which I have found something unexpected that challenges common perceptions, including my own. It is a compulsion to explore ‘what we think we are’ and ‘what we believe we are not.’ Photography helps to place those moments of awareness.”
Thomas Stanworth

The four locations photographed lie very close to each other and within the heart of the country’s capital, Kabul. They all have their own history and enduring legacy: from young men socialising at the Russian Pool to opium addicts at the Russian Cultural Centre and kite fliers at the King’s Tomb. The fourth location is the King’s Palace, one of the most poignant sites in Kabul. Razor wire surrounds the base of the dilapidated once magnificent building and the once lush gardens have turned to dust and parade grounds have become popular football pitches. The landscape is deserted, apart from the occasional soldier taking a shortcut to the nearby base and shepherds grazing their flocks. At the end of summer the thistles are harvested for fuel.




Biographie


Thomas Stanworth, né en 1975, est un photographe anglais qui travaille à Londres et à Kabul.

Après avoir obtenu une licence de biologie en 1997, Thomas a servi dans l'armée britannique jusqu'en 2004. L'expérience des conflits en Irlande du Nord, Sierra Leone, Irak et Afghanistan a influencé la transition de photographie de paysage à photographie documentaire. Cette transition commença en 2008 avec «Russians and Royals", projet qui obtiendra de nombreux prix internationaux. «Afghan Heroin: Not for Export», suivit en 2009, «A Tree Falls» en 2011 et «Terrestrial Cosmos » en 2012. «The Disorder of Species» (Varanasi, Inde) a été achevée en 2012 et Thomas va bientôt commencer plusieurs projets au Royaume-Uni.


Thomas Stanworth was born in the UK in 1975 and works in London and Kabul.

After graduating with a biology degree in 1997, Thomas served in the British Army until 2004. Experience of the conflicts of Northern Ireland, Sierra Leone, Iraq and Afghanistan all influenced the shift from landscape to documentary photography, which began with the award-winning project ‘Russians and Royals’ in 2008. ‘Afghan Heroin: Not for Export’ followed in 2009, ‘A Tree Falls’ in 2011 and finally ‘Terrestrial Cosmos’ in 2012. ‘The Disorder of Species’ (Varanasi, India) was completed in 2012 and he is soon to begin several UK-based projects.


Pratique

Maison-Galerie chez Arthur et Janine
56 rue du Quatre Septembre
13200 Arles

Exposition du 1er au 7 juillet
Vernissage le 2 juillet à 19h
Tous les jours de 11h à 19h
www.thomasstanworth.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.