A travers le paysage / Comptoirs Arlésiens :: Etrange été

Étrange été où Marie Maurel de Maillé présente Raiponce, une série pleine de poésie et mystère, publiée aux éditions Nonpareilles et Françoise Nunez, nous fait découvrir « son » Valparaiso, tirages argentiques, indatables, en noir et blanc publié aux Éditions Filigranes.

 
Françoise Nunez

© Françoise Nunez, À Valparaiso, Courtesy Galerie Camera Obscura


Certains croient que l’été impose son évidence. Pourtant il n’y a pas que le soleil écrasant et l’entêtement des cigales.

 

Sur les cimaises, il y a aussi dans la surprenante fraicheur des maisons de famille, un lit d’enfant et son broc d’eau, l’immobilité vibrante d’un brocart, l’ambiguïté d’un geste tendre. Pourquoi Marie Maurel de Maillé a-t-elle nommé Raiponce ce contrepoint désinvolte à l’été ? Pas plus qu’elle même nous ne vous l’expliquerons, la poésie et le mystère de ses images parlent d’eux-mêmes.

 

Marie Maurel de Maillé
© Marie Maurel de Maillé, Raiponce




Étrange également l’été évoqué par les indatables tirages argentiques en noir et blanc que Françoise Nunez a rapporté de Valparaiso, qu’elle redécouvre comme dans un rêve. Elle a la gentillesse de les confier à la galerie des Comptoirs arlésiens, cadeau d’une marraine attentionnée. Étranges enfin les photographies peintes de Jean-Michel Fauquet que les visiteurs de la galerie avaient découvert dès l’été dernier, et qui a cette année les honneurs des Rencontres, dans la Grande Halle.



Jean-Michel Fauquet

© Jean-Michel Fauquet



Sont aussi présentes dans la galerie, toutes les photographies de la coopérative, il suffit d’ouvrir les tiroirs.



Pratique
 
Comptoirs Arlésiens de la jeune photographie
2 rue Jouvène
13200 Arles
 
Exposition du 1er juillet au 21 septembre
Du mardi au samedi de 11h à 20h en juillet
Du mercredi au samedi de 11h à 19h en août et septembre