Archive 2011

 

Zhong Fu :: Fafou Bro, Metal et Flou

Plasticienne de formation, Fafou Bro voyage maintenant avec comme seul atelier son appareil photo et son ordinateur. Elle travaille sur le métal et ses altérations pour y trouver des toiles photographiques abstraites. Le mouvement de la déformation les flous sont aussi une passion du moment.

© Fafou Bro
© Fafou Bro

Le cuivre, l'acier, le Maroc et moi

Re-découverte d’un CUIVRE noble et traditionnel, ici au Maroc je suis attirée par sa couleur, sa richesse.
Brillant, satiné, oxydé, jaune, rouge, vert, turquoise, vivant, changeant… Plaque brillante, puissante, dentelle métallique, martelée comme une musique.
Le fer, l’acier, plus triste au premier abord, moins chatoyant, et pourtant il se plie bien au jeu du travail graphique. Utilisé dans sa forme plane aussi, accueillant les intempéries pour se protéger en rouillant, se patinant, s’oxydant.  Gris bleuté, noir ou couleur rouille. Le jour serait le cuivre, l‘acier la nuit,  yin yang, complémentaires…

Origine, genèse de la démarche

L’infiniment grand et l’infiniment petit m’ont toujours interpellé. Toute jeune, découvrant en même temps l’avion et la terre vue d’en haut, je fus fascinée par les deltas, fleuves, cultures, le patchwork de couleurs et matières, opposition de structures et compositions en camaïeu, mat et brillant, fixe et changeant selon la lumière. Depuis les voyages ont nourri mon imagination et ont formé mon œil à l’observation.

Jeu d’échelle, différent et identique à la fois, de l’atome au cosmique, une autre dimension, autre échelle. Se raconter une nouvelle histoire à chaque fois, comme lire dans les nuages et méditer. Rêverie mariée à l’imagination créatrice, songe inventif...

Le travail sur la matière

Je suis comme une apprentie alchimiste, manipulant tour à tour, acides, bases, sels, pigments, liants, fixatifs, eau, utilisant mes mains, des pinceaux, pipette, éponges, chiffons et plastiques... Chimie non maitrisée mais guidée laissant une place à l’accident, à la réaction.

Ensuite domestiquer ces réactions en les guidant pour obtenir un travail graphique. Respecter le temps qui agit,  la patience et l’humilité face à la matière dans toute sa puissance. Accepter l’imprévisible du nouvel essai.

Etre en éveil pour saisir l’instant. Là intervient L’œil, l’esprit cherchant une composition qui le satisfait. Ce moment de création ou je saisit, compose, interprète, explore, peint, cadre et m’arrête enfin ici à l’instant « T ».

Là, mon complice intervient : l’appareil photo. Témoin du moment juste, fixant cet instant fugace préparé depuis des jours et des jours. Voyage dans le ciel et les galaxies, la matière et l’atome. Peinture spirituelle en quelque sorte, orchestrée par le chant des oiseaux et la chaude brise Marocaine.
Je touche avec les yeux, voit avec les doigts, photographie avec la tête,  jeu interactif  entre tous les sens.

La Photo

Pour moi c’est un prolongement de l’œil, un outil comme la terre pour le céramiste, le pinceau pour le peintre, la pierre pour le sculpteur.
Matériau contemporain ou la composante commune à tous ces medium est la lumière qui fait jouer formes et couleurs.

L’ordinateur est bien sur le complice de mon appareil photo, il sait faire des tas de choses, mais il est toujours aux ordres de l’artiste qui seul sait ce qu’il veut en faire et obtenir de ses machines. Là j’ai des outils proche des arts traditionnels, crayon, gomme, pinceau, calques, couleurs, moi seule choisit mes harmonies, mes contrastes et saturation comme avec un tube de peinture. C’est la forme d’art plastique du 21ieme siècle, qui me touche en ce moment et avec laquelle je me sens bien.

Le Flou

Photo floue, communément dite:photo ratée… Pourtant subtilement dosé on est à mi chemin entre la peinture et la photo. Le personnage, l’objet ou le paysage sont  sublimés par le mouvement donné à la prise de vue, je dirai presque que l’on a une vision cinématographique d’une image fixe. L’émotion véhiculée est immédiate et vive.

On est ici dans un univers plus onirique, romantique, poétique, La limite est infime entre le flou d’une image ratée et le trop bougé qui donne mal aux yeux, le juste flou à une frontière difficile à trouver pour rester harmonieuse. A chaque fois c’est une aventure technique entrainant doute et appréciation, pleine d’essais, pas toujours intéressants.


Pratique

Zhong Fu - 6, rue des Douaniers
du 4 au 20 juillet, de 10h30 à 13h et de 15h30 à 20h

Contact
Fafou Bro - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.