2014 Archive


© Boris Hazoumé

 

Boris Hazoumé
Peu en corps humain

Il déteste écrire.
Il ne sait pas dessiner.
Il ne sait pas peindre.
Il aurait aimé coudre.

Il photographie.

Les images vont d'abord permettre à Boris Hazoumé de découvrir, dans des livres de mode, les collections des créateurs qu'il affectionne, Christobal Balenciaga, Madeleine Vionnet, Christian Dior. Ce sont alors les vêtements qui le fascinent, non la photographie.

C'est bien plus tard, grâce à la rencontre d'artistes contemporains comme Thierry Valencin, qu'il envisage la photographie comme une pratique. Décidé à partager le langage de ceux qui parlent lumière, négatif, cadrage et fixateur, il délaisse son appareil numérique au profit de l'argentique et choisit le noir et blanc. Entouré par les couleurs puissantes des toiles de Ralph Resh, peintre dont il partage l'atelier, il se livre à son activité de prédilection : le tirage.

Attiré par les ambiances nocturnes, il produit des photos qui obligent parfois à se rapprocher du cadre pour découvrir un détail, percevoir un élément d'abord indistinct. Le sombre n'est pas un obstacle, il impose seulement une durée différente à l'appréhension d'une photographie.

Boris Hazoumé constate que dans ses images il y a des corps. Il en remarque d'autres qui semblent oublier peu à peu leur objet, structurées uniquement par des plans, des surfaces ou des lignes.

Remerciements : Delphine Bonnet, Juliana Barrault.

 

17 Rue de l'Hôtel de Ville, 13200 Arles
Du 7 au 20 juillet 2014 :: Tous les jours de 11h à 13h et de 15h à 20h
VERNISSAGES :: 8 et 10 juillet à 18h