Archive 2010


Guillaume Millet

Nominé pour le Prix Voies Off 2010

guillaume_millet_00 guillaume_millet_01 guillaume_millet_02 guillaume_millet_03 guillaume_millet_04 guillaume_millet_05 guillaume_millet_06 guillaume_millet_07 guillaume_millet_08 guillaume_millet_09 guillaume_millet_10 guillaume_millet_11 guillaume_millet_12 guillaume_millet_13 guillaume_millet_14 guillaume_millet_15 guillaume_millet_16 guillaume_millet_17 guillaume_millet_18 guillaume_millet_19 guillaume_millet_20 guillaume_millet_21 guillaume_millet_22 guillaume_millet_23 guillaume_millet_24 guillaume_millet_25 guillaume_millet_26 guillaume_millet_27 guillaume_millet_28 guillaume_millet_29 guillaume_millet_30 guillaume_millet_31 guillaume_millet_32 guillaume_millet_33 guillaume_millet_34 guillaume_millet_35 guillaume_millet_36 guillaume_millet_37 guillaume_millet_38


Guillaume Millet vit et travaille à Paris, France

Diplomé des Gobelins, Ecole de l'image à Paris en 2007, Guillaume Millet est le coup de coeur de la 33ème Bourse du Talent en 2008, puis sélectionné pour les Boutoigraphies, Rencontres Photographiques de Montpellier en 2010.

Plus d'informations sur www.guillaumemillet.com

Kurai

En japonais, quelqu'un de "kurai" (sombre, renfermé) s'oppose à un individu "akarui" (sociable).

J'ai découvert un certain Tokyo à travers le regard d'auteurs contemporains, plus particulièrement en découvrant la littérature obsessionnelle de Murakami Ryu ainsi que le cinéma névrosé de Shinya Tsukamoto.  J'ai reçu la fureur de leur écriture, la violence étrangement belle de leur esthétique dans un état quasi hypnotique.

Subissant ces assauts esthétiques au point qu'une idée d'un Tokyo fantasmagorique m'apparut comme une évidence. Il fallait y aller, marcher la nuit, voir le métal, sentir la chair, rencontrer ces héros perdus des romans de Murakami Ryu, affronter ce monstre froid décrit par Shinya Tsukamoto.  Croiser ces individus, comme l'a écrit l'éditeur Philippe Picquier : "Des êtres habités de cauchemars et de rêves fous, exaltés par les peurs qui hantent leurs nuits, promènent en pleine lumière leur tristesse et leur incompréhension devant le spectacle d'un monde désolé qui se défait devant eux".

--